post

Le RACING s’impose de très belle façon dans le Beaujolais,3-2, contre le FCVB

Hier soir, au Stade Armand Chouffet, devant quelques 1 150 spectateurs dont une petite centaine de supporters strasbourgeois, le RACING a frappé un grand coup. En allant s’imposer nettement contre le Football Club Villefranche Beaujolais, le RACING a pleinement justifié son rôle de favori du groupe B du championnat de CFA. Il pointe désormais à la 3ème place du classement avec Moulins et Nancy 2, à deux points du leader Lyon La Duchère. Ces quatre équipes restent toujours invaincues à l’issue de la sixième journée du championnat.

Depuis le temps que joueurs, staff et supporters strasbourgeois attendaient ce déclic de la première victoire du RACING, à l’extérieur, je peux vous assurer que sur les coups de 19h50, c’était un gros ouf de soulagement. Tout le monde était aux anges et cette première victoire fera énormément de bien pour la suite de la compétition. Comme disait un dirigeant, Christophe Rempp,  rencontré sur une aire d’autoroute sur le chemin du retour: « Depuis le temps que nous la voulions cette victoire, elle est enfin arrivée. Bonifions-là avec la réception de Montceau, vainqueur de Chasselay ce soir, et nous aurons accompli un grand pas et marqué les esprits des autres équipes… ». Il est vrai que ce soir, le RACING a fait preuve d’une telle maîtrise dans le jeu, sans faire injure à notre adversaire du jour et qui a lutté jusqu’à la fin, que les ambitions du début d’année s’en trouvent renforcées. Certes, il ne s’agit pas de s’emballer, mais hier soir, les visages des joueurs et du staff à la sortie des vestiaires, faisaient vraiment plaisir à voir, leurs analyses mesurées mais teintées d’optimisme, révélatrices. Le voyage du retour paraîtra moins long à tout le monde et ce championnat qui apporte son lot de rebondissements à chaque journée, prend une nouvelle tournure.

Première surprise hier soir, c’était la composition de notre équipe. François Keller, allait innover en alignant une équipe un peu new look. Sikimic prenait place comme arrière gauche à la place de Guignery, son pendant à droite restant Donzelot. Au centre de la défense, avec cap’tain Golliard, un revenant, Billy Modeste, qui se morfondait quelque peu sur le banc de touche depuis le début de saison, mais qui faisait preuve d’altruisme à l’entraînement. Ce n’est donc que justice et avec beaucoup de plaisir, que les supporters ont accueilli le retour de Billy. Devant ces quatre joueurs, trois récupérateurs, Sichi, Ursch et Coulibaly. Ces trois vont abattre un travail titanesque de harcèlement, d’anticipation, pour récupérer le ballon très rapidement. Ursch, très combattif et très accrocheur; Sichi, très opportuniste et technique; et la grande carcasse de Coulibaly qui apparaissait aux quatre coins du terrain. Quel abattage hier soir, dommage pour sa blessure en fin de partie. Le nombre incalculable de ballons qu’il a récupéré hier soir, incroyable. Dans ce rôle, Coulibaly mérite une nouvelle chance tellement il s’est affirmé hier. Devant ce trio, Stéphane Noro, sublime devant des Caladois médusés. A ce niveau et il ira encore à s’améliorer dans les semaines à venir, un pion essentiel. Quelle aisance technique, il joue juste, un véritable régulateur au milieu. Avec un tel joueur, c’est un grand plus pour notre équipe. Dommage que les sceptiques voire ses détracteurs n’aient pu assister à sa démonstration d’hier, ils en resteraient bouche bée. Devant, le duo Perrin et Ledy, de plus en plus complémentaires, profitent de ce travail de sape des copains pour convertir en buts les nombreuses occasions qui s’en suivent. Hier soir, le buteur maison de l’an dernier, David Lédy, a enfin retrouvé le chemin des filets. Lui qui se bat comme un lion aux avant-postes depuis des semaines malgré une cheville qui le fait souffrir a débloqué son compteur but hier soir. Ce doublé le rendra à nouveau irrésistible dans les rencontres futures.

Quand on connaît l’importance d’un premier but dans ce genre de rencontre entre deux équipes bien placées et invaincues au moment du coup d’envoi, on s’en est encore aperçu hier soir. Dès la 4′, le gardien calladois Ndjalkonog, qui n’avait encaissé de but à domicile jusque là, s’apprête à dégager au pied. Il glisse à ce moment et le ballon atterrit bien involontairement dans les pieds de …David Ledy. Celui-ci contôle rapidement, lobe le gardien et s’en va inscrire son 1er but de cette année en CFA. 0-1 pour le RACING, on ne pouvait rêver meilleure entame que celle-ci.

29′, alors que rien ne présageait un retour des Bleus de Villefranche, Strasbourg évoluait hier soir en blanc, Donzelot va commettre une bourde, une faute que l’on qualifierait d’un peu bête car l’attaquant se dirigeait vers la ligne de touche et ne présentait plus trop de danger pour la défense. L’arbitre siffle le coup-franc qui s’imposait. Le dangereux Ras le frappe pleine surface et le ballon atterrit sur la tête d’Ogier plus prompt que les défenseurs alsaciens. La tête bien placée termine sa course dans les filets de Duki, scotché sur sa ligne. Egalisation pour Villefranche, 1-1 mais il faut l’avouer sur ce coup, c’est nous qui  remettons l’équipe de Villefranche sur les rails.

1-1, il va falloir se remettre à l’ouvrage et si possible marquer rapidement pour semer le doute dans cette équipe rhodanienne.

 

Mais cinq minutes plus tard, à la 34′, Noro déjà en bien meilleure forme physique que contre la réserve nancéienne, va s’illustrer sur un service en profondeur de Golliard prolongé de la tête par Ledy. Noro contrôle de la poitrine, petite aile de pigeon pour se remettre dans le sens du but calladois et d’un tir croisé dans le petit filet opposé, battre sans rémission le gardien Ndjalkonog. Quel beau but dans sa conception et dans sa finition. Ceux qui doutent encore de Stéphane, je les invite à revoir cette action à la vidéo, ils seront bien obligés de reconnaître que ce monsieur a ce qu’on appelle du foot dans les pieds.

 

 

La mi-temps est sifflée par l’arbitre, M Silvestre, sur le score 2-1 en faveur du RACING. Espérons une seconde mi-temps aussi vivante et intéressante. Villefranche essaie de s’accrocher et ne ferme aucunement le jeu, leur place au classement semble tout sauf usurpée.

 

 

 

 

 

A la 65′, Noro toujours lui s’applique et adresse une magnifique passe en profondeur sur Ledy qui grille la politesse à ses gardes du corps. Ogier n’a d’autre solution que de l’accrocher par le maillot, récoltant au passage un carton jaune, et de déséquilibrer David. L’arbitre sans hésitation indique le point de pénalty. David se charge de se faire justice lui-même en prenant totalement à contre-pied le gardien du plat du pied droit. 1-3 pour le RACING, on ne voit pas comment la victoire pourrait échapper à nos joueurs.

90′ (+4′), l’arbitre fait durer le temps additionnel, et après 4’46 » à mon chrono de temps supplémentaire, gros cafouillage dans la surface alsacienne. Le ballon tarde à être dégagé et une reprise à bout portant de Chevalier après un centre de Ras, termine sa course au fond des filets de Duki. 2-3 pour le RACING, score final et une excellente opération au classement pour notre équipe.

Composition des équipes:  Villefranche: Ndjalkonog – Badin – Ogier – Romany – Giraud (Chevalier 89′) – NDiaye – Antoinet – Castillo (Dumas 73′) – Jasse (cap) – Ras – Pommet (M Barga 66′) Entraîneur: Patrick Paillot

RACING: Duki – Donzelot – Golliard (cap) – Modeste – Sikimic – Ursch – Coulibaly (Guignery 88′), Sichi, Noro (Pinaud 80′) – Ledy (Benchenane 90’+1) – Perrin Entraîneur: François Keller

Avertissements: Villefranche: Giraud (22′) pour tacle par derrière, Romany (62′) pour faute sur Perrin et Ogier (64′) pour accrochage par le maillot

RACING: Coulibaly (57′)  et Ledy (88′) pour tacle à retardement

 

 

 

 

 

One thought on “Le RACING s’impose de très belle façon dans le Beaujolais,3-2, contre le FCVB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.