Sortie de route du Racing à Chasselay qui l’emporte 1-0

Dès le réveil, un temps pourri qui n’augure en général rien de bon pour la journée. Un trajet aller sous une pluie quasi continuelle, des bourrasques de vent, seules de timides et rares éclaircies pour vous redonner le moral. Pas un temps à mettre un footballeur dehors, la suite nous donnera malheureusement raison.

Quand vous arrivez dans cette charmante bourgade du Rhône de quelques 2 700 âmes, vous êtes frappés par ces maisons typiques et sur le chemin qui mène au Stade Ludovic Giuly, vous passez devant la TATA de CHASSELAY, une nécropole militaire où sont enterrés 188 tirailleurs sénégalais massacrés par la 3ème Panzerdivision SS Totenkopf (tête de mort) le 20 juin 1940. Les Chasselois, horrifiés, les enterrèrent dans ce cimetière. La nécropole est construite selon le style d’architecture de l’Afrique de l’Ouest, ou « tata » signifie enceinte de terre sacrée. Elle fut inaugurée le 8 novembre 1942.

Le stade vaut lui aussi le détour. Une tribune d’un autre temps avec des sièges quelque peu vieillots et ô combien….inconfortables. Les billets distribués par un homme invisible dans une minuscule guitoune. Mais alors un service d’ordre digne d’une rencontre de ligue2. A croire que « l’excellent comportement des supporters strasbourgeois » est connu jusqu’au fin fond de notre pays. Si nous avons droit à autant d’égards, que certains esprits se posent les bonnes questions.

Un terrain qui se dégrade au fil des minutes et des averses torrentielles, le décor est planté. Très vite, les Jaunes de Chasselay vont essayer de monopoliser le ballon. « La tactique était simple, neutraliser les deux gâchettes devant, Julien et David, jouer intelligemment en faisant circuler le ballon, profiter de la moindre contre-attaque pour essayer d’enfoncer le clou » nous avouera Morgan ANCIAN, qui a évolué sous nos couleurs de juin 2009 à juin 2011, à la sortie des vestiaires (Voir sur le site de la LAFA, un article consacré à Morgan intitulé « Au bon souvenir de l’Alsace », il vous suffit de cliquer sur le logo LAFA, au bas de la page à gauche).

 Bravo, les joueurs de Chasselay et leurs entraîneurs ont parfaitement étudié le jeu de leurs adversaires et le plan échaffaudé a marché au-delà des espérances. Les supporters alsaciens qui sont partis aux aurores ont rapidement compris que c’était tout sauf le jour du Racing. Certains se pinçaient pour y croire tellement le jeu proposé par nos joueurs était mièvre et pour tout dire de très, très mauvaise qualité. Quand on repense à cette partie d’il y a quelques jours à quelques kilomètres d’ici, à Villefranche, on est interloqué. De joueurs aussi brillants à basculer en joueurs aussi mauvais, l’on aimerait comprendre.

Celui qui a déjà pratiqué ce sport, savait que si jamais Chasselay ouvrait la marque, c’en était fini des dernières illusions strasbourgeoises. A quel moment, le couperait allait tomber, se demandait-on dans les tribunes? Le plus logiquement du monde et à quelques minutes de la pause, l’irréparable se produisit. Une attaque d’école, un centre parfait de BUGNET dans la surface, et BEINEIX, libre comme l’air, allait reprendre cette balle comme à la parade de l’intérieur du pied droit, pour battre DUKI qui n’y pouvait rien et un des plus irréprochables hier après-midi. 1-0 pour les Jaunes, cette fois-ci, nous nous étions non seulement mis dans de sales draps mais pire, personne ne se dégageait pour mettre de l’ordre dans cette pagaille. J’ai rarement vu des supporters aussi sonnés à la mi-temps d’un match.

Après un repos d’un quart d’heure, on imagine aisément le discours tenu par le staff après ce non match dans les vestiaires. Modeste et Coulibaly pouvaient tranquillement passer sous la douche pendant que Thomas et Guignery faisaient leur entrée sur le terrain. Pourquoi ces deux-là ne sont-ils plus revenus sur le terrain? François Keller confiera en fin de partie: » J’aurai pu changer toute l’équipe. Quand dans le jeu, les individualités ne font pas la différence, tu tentes d’autres solutions ». Disons-le tout net, les deux rentrants ne changeront pas grand chose à la médiocrité initiale. Chasselay essaye de garder le ballon dans ses pieds sans se montrer diablement dangereux pour DUKI. Les deux gâchettes bleues muselées par la paire ANCIAN – ERTEK qui se dépensent sans compter, la partie sombre dans l’ennui total.

La seule action digne de ce nom se produira à la…….88′: SICHI adresse un très bon centre, David LEDY, esseulé au 2ème poteau, alors que le but est vide et grand ouvert, loupe sa reprise. Les carrottes sont cuites et le RACING perd son invincibilité . Première défaite cette saison, la belle série de 16 rencontres sans défaite en championnat prend fin ici à CHASSELAY.

François KELLER, littéralement assommé, « Ce match fut totalement raté du début à la fin et par tout le monde en même temps ». Sikimic ne fera pas dans la dentelle en affirmant: « On a été dégueulasses pendant 45′.  On est tombé dans un bon traquenard à l’ancienne, sur un terrain de merde, face à une équipe  qui gardait bien le ballon. Et nous, nous n’étions pas dedans ».

Au classement, le RACING voit Lyon Duchère prendre 5 points d’avance et Moulins trois. Le RACING qui évoluera deux fois de suite à domicile contre l’UJA Maccabi Paris  et la réserve d’Auxerre, devra absolument faire le plein pour ne pas voir ces deux équipes prendre le large.

Composition des équipes:  Chasselay: Clément, Bugnet, Ertek, Ancian, Soudain, Prieto (Jouseau 78′), Thomas, Moukaddam, Bouzit (Mauvernay 60′), Bah, Beineix (Carn 87′)

RACING: Duki, Donzelot (Benchenane 67′), Golliard, Modeste (Guignery 46′), Sikimic, Ursch, Coulibaly (Thomas 46′), Sichi, Noro, Ledy, Perrin

 

2 thoughts on “Sortie de route du Racing à Chasselay qui l’emporte 1-0

  1. Le Racing sera attendu partout ce sera que des matchs de coupe! mais attention à Mulhouse qui pour moi sera l’équipe à craindre. De toute facon avec de telles recrues cette saison pour le CFA .Strasbourg doit terminer 1er!!

    • Il est évident que notre équipe est celle que tout le monde veut battre vu son passé, le budget avec de nouveaux investisseurs et des collectivités conséquent pour une équipe de CFA. Mais attention à certaines équipes qui elles aussi lorgnent la montée: Lyon Duchère, Moulins, Grenoble malgré son début de saison poussif, Mulhouse. Sur le long terme, les équipes qui disposent d’un banc fourni, finiront par faire la différence. Un accident comme celui de Chasselay, oui, mais à condition de se remettre en question de suite pour nous et se rassurer au plus vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.