Un nul contre Auxerre 2 (2-2) qui tombe à un bien mauvais moment

Après une entame de match totalement raté, le RACING ouvre la marque mais oublie de se mettre à l’abri. La réserve d’Auxerre, avec un maximum de réussite, arrive à prendre l’avantage en l’espace de cinq minutes. Malgré une fin de match haletante qui voit les Bleus revenir à la hauteur des Auxerrois et avoir des occasions de l’emporter, le Racing doit se contenter d’un nul frustrant. Dommage que lors du temps additionnel, les esprits se soient échauffés aidés en cela par quelques décisions arbitrales douteuses.

Vous prenez une équipe joueuse et qui parce qu’elle affronte Strasbourg, arrive à se surpasser voire à se sublimer, une autre, qui doute un peu et qui éprouve des difficultés à se mettre à l’abri lorsque les occasions sont bien présentes, des supporters peu avares dans leurs encouragements, un arbitre, acteur principal d’une rencontre et qui par quelques décisions hasardeuses ne génère pas la sérénité, vous touillez le tout et vous obtenez le spectacle entrevu hier soir à la Meinau devant 7 178 spectateurs.

Le début de match est crispant, avec un jeu approximatif de part et d’autre. Les tirs sont le plus souvent mal cadrés ou trouvent les gardiens sur leurs trajectoires. Après un quart d’heure de jeu, les Auxerrois qui ne fermeront à aucun moment le jeu, difficile de croire que cette formation si alerte occupe le dernier rang du classement, portent les premières estocades. Tour à tour, Johan BRANGER-ENGONE, Sébastien HALLER et Edmond AKICHI, vont se procurer de belles occasions d’ouvrir la marque mais notre gardien DUKI veille aux grains et s’interpose aux tirs auxerrois.

Quelques frayeurs quand on voit, à la 17′, LEDY reganer la touche pour se faire bander la cuisse. Et à la 26′, le Racing, il faut bien l’avouer, un peu contre le cours du jeu, va profiter d’un coup de pied arrêté, cette arme absolue dans le football moderne, pour ouvrir la marque. NORO dose à merveille son centre sur la tête de SIKIMIC qui effleure le ballon pour lui donner une trajectoire différente.

Thomas MARTIN, un peu oublié par son adversaire direct, a tout le temps de contrôler la balle et de l’envoyer d’une pichenette du gauche dans la lucarne droite du gardien Willy MAEYENS.

Et les errements de ces dernières semaines vont remonter à la surface, le Racing domine et se procure de belles occasions d’aggraver la marque voire de se mettre à l’abri d’un adversaire qui ne s’en laisse pas compter et continue de croire en ses chances. A la 27′, déboulé de DONZELOT sur le flanc droit, centre-tir vicieux qui touche l’angle droit de la transversale auxerroise. Mais une occasion en or se profile à la 38′,

Julien PERRIN, encore un des plus actifs hier, s’engouffre dans le camp auxerrois, mystifie au passage Damien DUFOUR, lève la tête, voit son compère Thomas ZERBINI tout seul démarqué sur sa gauche et lui adresse une merveilleuse passe dans la course. Malheureusement, Thomas tergiverse de trop et c’est le longiligne gardien MAEYENS qui aura le dernier mot.

Celle-là, elle devait aller au fond, « si on vient à marquer à cette occasion, ce n’est sans doute plus le même match » rétorque Stéphane NORO, à la sortie des vestiaires.

Mais ces diables d’Auxerrois répondent du tac au tac et ce sont eux qui se procurent la dernière occasion de cette première mi-temps. Sébastien HALLER croit avoir fait le plus difficile mais DUKI au prix d’une sortie très autoritaire au pied écarte le danger. Merci à Ziman qui sur cette action, préserve le 1-0 pour le Racing, au moment où les joueurs regagnent les vestiaires.

En seconde mi-temps, ce sont à nouveau les Auxerrois qui se montrent très dangereux et les supporters craignent pour les leurs à chaque poussée des Bourguignons. La tension monte d’un cran, cartons jaunes pour Henry NDONG, NORO.

A l’heure de jeu, rentrée du petit ailier Souleymane SAWADOGO qui ne tardera pas à se mettre en évidence. L’arbitre, M PETIT,  oublie de siffler une faute dans le camp strasbourgeois et sur l’action qui continue, NORO accroche légèrement un attaquant auxerrois. Aussitôt l’arbitre siffle et on comprend le courroux des Strasbourgeois qui sur cette action se sentent floués. BRANGER-ENGONE, pose délicatement sa balle et on se dit que….

On joue la 67′ et dès le démarrage du joueur auxerrois, on pressent le pire. Il brosse  magistralement sa frappe et le ballon s’en va mourir dans la lucarne droite de DUKI, qui n’a pas esquissé le moindre geste. 1-1.

Les Bourguignons reviennent à notre hauteur, dommage que ce soit sur une action où les doutes subsisteront longtemps. Les minutes qui suivent vont être bigrement stressantes tellement les jeunes Auxerrois se montrent pressants.

A partir de l’égalisation, les évènements vont se précipiter. Sortie de Golliard, dos bloqué, « je me suis bloqué le dos, j’ai eu du mal à accélérer. J’ai préféré céder ma place mais à priori ce n’est pas plus grave, je pense reprendre en milieu de semaine. J’en saurai plus lundi après le passage chez l’ostéopathe » avouera-t-il en fin de partie. Après l’entrée en jeu de Billy MODESTE, le nouveau capitaine SIKIMIC voit jaune pour un tacle à retardement. Mais à la 72′, les Auxerrois vont enfoncer le clou en prenant l’avantage. Sur corner, le ballon est renvoyé, le ballon échoue dans les pieds de N’DONG, qui d’une vingtaine de mètres et sans se poser de question, repren de volée. Sa frappe soudaine et puissante file tout près du poteau droit de DUKI, une nouvelle fois sans réaction. 2-1 pour Auxerre, on commence à se faire des cheveux gris chez bon nombre de supporters.

François KELLER tente le tout pour le tout et jette des forces neuves dans la bataille, GENGHINI puis SOW rentrent à la place de ZERBINI et DONZELOT, PINAUD reculant d’un cran. Le RACING attaque à tout va et les occasions sont de plus en plus nettes. A six minutes du temps réglementaire, nouveau corner pour les Bleus. NORO s’applique  et sa frappe est catapultée d’une tête rageuse de Billy MODESTE dans les filets d’Auxerre. Les Auxerrois n’en croient pas leurs yeux, eux qui se voyaient déjà repartir d’ici avec une première victoire en poche. Deux actions lumineuses par SOW et LEDY, ne seront pas converties alors que beaucoup de spectateurs voyaient la,balle au fond des filets Pourquoi nos joueurs ont-ils tellement attendus avant de jeter leurs dernières forces dans la bataille? Les dernières minutes et le temps additionnel vont virer au cauchemar, expulsion de GENGHINI pour une faute grossière sur Thomas MONCONDUIT. L’arbitre siffle la fin de la partie sur ce score nul de 2-2 dans une certaine confusion. La rentrée des joueurs aux vestiaires sera plutôt houleuse.

« Au vu du match, le nul semble logique. Nous sommes bien revenus dans le match après l’égalisation. D’un point comptable, ça ne sffit pas, les joueurs n’ont pas été récompensés de leurs efforts. Un maximum de réussite pour eux, on va faire le point sur les blessés, les suspendus… » concède l’entraîneur François KELLER. « On avait pas mal d’occasions. Les cinq minutes de flottement, on les paye cash. C’était un bon match, on pouvait perdre mais on doit marquer ce second but pour se mettre à l’abri. Encore près de 10 000 specteurs à nous encourager, c’est bien » concède Milo SIKIMIC.

Le dernier mot, au président Marc  KELLER, « Ce fut un très bon match, Auxerre possède une équipe de grande qualité. On mène 1-0 et on a plusieurs occasions d’aggraver la marque. La seconde mi-temps est plus difficile. Les joueurs d’Auxerre passent devant et nos joueurs sont récompensés en égalisant. Revenir au score dans ces conditions est encourageant. Ce championnat est encore long et très dur car composé d’équipes de valeur sensiblement égales ».

Composition des équipes

Auxerre 2: Maeyens, Monconduit (cap), Tchouatcha, Calvet, Dufour, N’Dong, Acapandie, Missilou, Haller, Akichi (Sawadogo 61′),Branger-Engone  Entraîneur: Johan RADET

RACING: Duki, Donzelot (Sow 75′), Sikimic, Golliard (cap) (Modeste 68′), Momha, Martin, Noro, Zerbini (Genghini 73′), Ledy, Pinaud, Perrin  Entraîneur: François KELLER

Avertissements: N’Dong (46′), Calvet (74′) à Auxerre; Noro (66′), Sikimic (69′), Perrin (89′) et Martin (90’+3) au RACING  Expulsion: Genghini (90′ + 2)

Autres résultats de la soirée

Villefranche contre Sarre-Union: 3-0

Montceau contre Yzeure: 2-1

Jura Sud contre Grenoble: 0-0

UJA Maccabi Paris contre Raon l’Etape: 0-0

 

 

2 thoughts on “Un nul contre Auxerre 2 (2-2) qui tombe à un bien mauvais moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.