Le musée du Père Gérard

Nous avons tous été ou connaissons des collectionneurs de ceci ou de cela. Partager un moment avec ces personnes est un rare privilège. De tels mordus, j’en ai rencontré dans ma vie mais un accroc du RACING à ce point jamais. Gérard WEBER, est un Amoureux Fou du Racing et je vous invite à faire un peu plus connaissance avec ce personnage plus qu’atypique.

 

 

 

Gérard est loin d’être un égoïste, sa qualité première est de faire partager aux et avec d’autres son amour irraisonnée du Racing et de tout ce qui y touche de près ou de loin. En vous promenant dans son antre, il vous parle avec un égal plaisir d’un maillot que d’un ballon voire un fanion ou un programme, une coupure de journal, etc. Il vit et il transpire, c’est le cas de le dire, RACING. Assembler et rassembler tout cela lui a coûté un nombre d’heures inchiffrable. Il a du en passer des heures et des heures à découper, coller, amasser, regrouper, ces reliques, ces articles, pour confectionner ce musée, certainement unique chez un particulier et qui mérite d’être connu et vu. Gérard possède une autre grande qualité, il est modeste. La gageure qu’il a réussi en amassant au cours de toutes ces années, il la trouve normale. Son amour pour ce club l’a amené à entreprendre ce travail titanesque symbolisé par la tenue parfaite de ces centaines de classeurs. La minutie qui caractérise ce travail est tout bonnement édifiante. Une fois lancé, Gérard est intarissable. Vous prenez un classeur et presque à la plage près, il vous parle de son contenu. Ses pièces de collection font briller l’oeil du connaisseur et le voilà parti pour vous faire partager ses anecdotes. Il revit avec vous tous ses souvenirs et vous passez allègrement d’une époque à une autre.

 

 

Gérard, quel  âge tu avais quand tout cela a démarré ?

J’avais tout juste 16 ans, oui je commence à collectionner à partir de 1960 et très rapidement, je me rends compte que ma chambre commence par être un peu petite. A l’époque, je vivais dans la région parisienne.

Qu’est-ce qui t’a poussé à entreprendre cette collection ?

Mon père et moi discutions souvent du Racing et de tout ce qui s’y rattachait. Nous partagions la même passion pour ce club.

Au fil des années, tu amasses, as-tu une idée précise de ce qui compose aujourd’hui ce véritable musée ?

C’est sûr qu’au fil du temps, la place commence à manquer. Quand je m’installe ici en Alsace, ce sera un peu plus commode. Mais très rapidement, il va falloir songer à agrandir. Heureusement que notre ami est bricoleur, une cloison à abattre, quelques menus travaux de peinture, des étagères à remettre, tout y passe.

Au niveau des maillots, une bonne soixantaine et la plupart portés en matchs. Ils sont alignés là sur des cintres, les uns floqués, d’autres non. Quand il en prend un en main, ses yeux pétillent et le voilà parti pour vous faire part de l’histoire liée à la tunique. Un régal.

 

Des fanions, grands et petits, une bonne cinquantaine. Là également, les souvenirs remontent très facilement à la surface. 16 drapeaux, 13 mini-maillots de toutes les époques et rappelant que le Racing va changer à plusieurs reprises de dénomination. Notre homme collectionne aussi les billets d’entrée des divers stades où il a suivi un match du Racing (près de 300 à ce jour), 240 programmes ramassés au fil des divers passages dans les stades . Une armoire renferme 52 porte-clés logos et 16 rien que pour la finale de la Coupe de France 1966.

Une dizaine de ballons dont 3 dédicacés par des joueurs du Racing, un lui tient particulièrement à coeur, celui utilisé lors d’un certain Racing contre Marseille. Gérard s’est aménagé un coin visionnage K 7 avec une belle collection qui vous replonge aux grandes heures du Racing.

Très impressionnant, tous ces classeurs sagement alignés, près de 700, qui relatent les différentes saisons, les résumés des rencontres, les divers joueurs ayant évolué au Racing, les divers entraîneurs, entraîneurs adjoints, même les différentes équipes médicales et kinés ayant encadrés les joueurs, etc, etc. Gérard vous narrera ce que renferment ces différents classeurs avec une précision chirurgicale. Que d’heures de travail pour mettre à jour, inscrire toutes ces données. Tout est classé, répertorié, par année, compétitions, enfin il faut avoir pris en main l’un ou l’autre classeur pour se rendre compte de la somme de travail dépensée pour arriver à un tel résultat.

A votre avis, quel est le joueur qui occupe le plus de place dans ces classeurs?

Sans conteste, et je pense que beaucoup d’amoureux du Racing l’auraient deviné: notre Schillès, Gilbert GRESS, en tant que joueur, entraîneur. Rien que pour lui, vous en aurez pour une bonne heure de découverte.

Toi qui aime faire découvrir ce musée aux autres, je crois que tu as même eu droit aux honneurs d’une visite de la télévision, tu peux nous en dire plus?

Oui et puis c’est un épisode assez cocasse. Un samedi soir au Péage de Saverne où je travaillais une voiture s’arrête avec au volant….Eric SOLD de FR 3 Alsace. Moi dans ma guitoune, j’écoutais la retransmission d’un match du Racing. Lui qui se rendait à une réunion de boxe à SAVERNE, me demanda le score de la rencontre. Et à partir de là, tout s’enchaîna. Il m’a demandé si j’étais supporter du Racing? Je lui ai fais voir que je travaillais avec un stylo Racing. On discuta un bon moment et il prit mes coordonnées à la fin.

Et la suite?

Quinze jours après, je le vois débarquer chez moi avec Georges PASQUIER pour réaliser un reportage. Et tout cela devait être diffusé dans son émission dominicale sur FR3 Alsace. L’invité d’Eric SOLD fut Raymond DOMENECH. J’ai prêté à Eric mes deux classeurs de photos et articles divers pour la préparation de son émission. La seule chose que je lui ai demandé en retour, ce fut une dédicace de Raymond.

Gérard s’avance et du premier coup, nous sort le classeur contenant la relique. « On le sait maintenant, le Racing ne s’éteindra jamais. Vous êtes sa mémoire. Merci d’avoir été la mienne quelques instants » signé Raymond DOMENECH. J’étais fier et ce petit mot m’a beaucoup touché.

A propos d’émotions, je pense que tu as plein de souvenirs chargés d’émotion, tu peux nous dire les deux moments qui t’ont le plus marqué?

Oui, tu penses bien qu’à travers toutes ces années, les souvenirs émotionnels ne manquent pas. Un premier qui m’a fait pleurer, au Parc des Princes, avec la victoire du Racing en Coupe de France, le 22 mai 1966. (Pour nos plus jeunes lecteurs, Il faut savoir que le FC Nantes était nettement favori pour 90% des Français car elle était déjà championne de France. Le but strasbourgeois fut marqué à la suite d’un coup franc pour fauchage de BUDZINSKI sur FARIAS (quelle vedette ce José l’Argentin, un régal ses roulettes, il nous ferait du bien actuellement…..)FARIAS posa le ballon et s’apprêtait à tirer mais il feinta une passe à droite et donna à gauche à SBAIZ, venu de l’arrière et qui expédia un tir extraordinaire de puissance et de précision. Le gardien nantais,EON, était surpris, étonné et …battu).

La seconde fois, où j’ai chialé, ce fut à Lyon, au Stade Gerland, le vendredi 1er juin 1979. Il nous fallait au minimum un point, mais avec deux buts de Roland WAGNER et le dernier d’Ypfa EHRLACHER, le Racing l’emporta et remporta le titre de Champion de France. (un extrait de l’édito de Jacques GRANIER dans les DNA du samedi 2 juin: « Là où Strasbourg avait échoué en 1935, derrière SOCHAUX, il a réussi en 1979. 44 ans plus tard, Gilbert GRESS et les siens ont relevé le défi. L’entraîneur sans diplôme avec une équipe sans vedette. Et sans étranger. La seule de France. Strasbourg termine le championnat en n’ayant concédé que 4 défaites. Seul le Saint-Etienne de 1970 (3défaites) avait fait mieux…)

Peux-tu nous dire, Gérard, qui est déjà venu ici découvrir ton musée?

Albert GEMMRICH, Joël TANTER, André TOTA, Robert  WURTZ, Erny JACKY, François MARCADE, Jean-Marie BLUM, notre président, Olivier TEISSEIRE et bien d’autres. Des joueurs, des arbitres, des personnalités de la Ligue d’Alsace….. Et Gérard nous montre le petit mot de notre actuel Président de la Ligue d’Alsace de Football, Albert GEMMRICH, « Bonne continuation à vous Gérard et encore beaucoup de choses à collectionner dans les années à venir. Bon anniversaire ».

Quand tu travaillais sur Paris, comment tu faisais pour suivre le Racing?

Jusqu’à l’âge de 43 ans, j’ai plus suivi le Racing à l’extérieur qu’à la Meinau. Par contre, je n’ai pas loupé beaucoup de rencontres dans un pourtour de 200 km autour de Paris: Rouen, Lens, Valenciennes, Lille, Reims, sans oublier le Stade Français, le Racing Club de Paris, Le Paris St Germain et bien entendu le Red Star de St Ouen, mon club parisien préféré.

Et à la Meinau?

Je venais chez des cousins en août, pendant mes vacances pour assister aux matchs du début de saison du Racing. Entre deux rencontres, j’avais du temps…

Pour joindre l’utile à l’agréable?

Tu ne penses pas si bien dire. J’ai connu mon épouse Lise (Marie-Louise) à cette époque.

Et Lise est également branchée foot comme toi?

Pas du tout. Elle ne s’occupe ni du Racing, ni de ma collection. Elle fait de temps en temps, un peu de ménage…. 

Remarque, elle doit avoir énormément de patience, vu le temps que tu passes le nez plongé dans tes classeurs, c’est autant de temps que tu ne passais pas à ses côtés?

Bien sûr, je sais qu’elle est fière pour moi quand il y a des visiteurs. Elle a tout de même assisté à ….3 matchs en 45 ans. Pas mal non.

 

L’heure passée en ta compagnie, Gérard, a passé tellement vite. Ton amour fou de ce Racing, tu l’insuffles à tes visiteurs, quel régal. Des supporters tels que toi méritent d’être connus et surtout reconnus. Merci mille fois à toi de nous avoir fait partager ce moment unique.

 

Maintenant, je ne puis que vous conseillez de vous rendre sur le site http://www.racingccs.com/multimedia/musee-de-gerard-photos/ pour y découvrir les photos de Phil prises il y a quelques jours.

One thought on “Le musée du Père Gérard

  1. Encore merci à notre Gérard, pour sa gentillesse et générosité, je reviendrai dans le Louvre du Racing pour peaufiner en clichés photographique sa collection, car en une heure impossible de tout mettre en boîte.
    Philccs67

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.