Un Racing sérieux glane une très belle victoire à Belfort, 1-0.

La deuxième mi-temps contre Sedan, en Coupe de France, laissait entrevoir des lendemains meilleurs. Les joueurs ont continué sur cette lancée et leur débauche d’énergie a été récompensée par cette précieuse victoire. Les supporters strasbourgeois ont accepté ce cadeau avant l’heure de gaieté de coeur.

Les données avant cette rencontre étaient très claires, une victoire et le Racing restait dans le peloton de tête, une défaite et le Racing serait non seulement rattrapé par l’adversaire du jour mais il glisserait dangereusement dans les eaux troubles du bas de classement. Cette rencontre était donc intéressante à plus d’un titre et les joueurs conscients de l’enjeu, « étaient plus motivés que jamais » selon un dirigeant du Racing rencontré avant la partie. Il nous précisera même que « la concentration d’avant match lui rappelait étrangement celle de la rencontre contre Villefranche » qui …s’était soldée par une victoire des Bleus 3-2.

Quant aux conditions de jeu, elles furent tout sauf d’être satisfaisantes. Une pluie continue qui vous cingle le visage, une froidure qui nous rappelle que nous sommes en hiver et un terrain gras mais parfaitement jouable. L’entraîneur Belfortain, Maurice GOLDMANN, devait remplacer les deux joueurs suspendus: Nicolas JOURNET et Hakim EL BOUNADI par Benoît BARROS et Jérémy GAAG. Côté strasbourgeois, Thomas MARTIN revenait dans le onze de départ de même que Francisco DONZELOT, suspendu contre Sedan. Les hostilités pouvaient démarrer sous les ordres de M Rabir NAAS, arbitre de la rencontre; une forte cohorte strasbourgeoise, une bonne centaine, très bruyante, entonne de suite  les chants.

Les premières minutes voient des Strasbourgeois prendre le jeu à leur compte. Les Belfortains qui évoluent en blanc, ont choisi d’attendre leurs adversaires et procèdent par de rapides contres. Les milieux défensifs strasbourgeois, Thomas MARTIN et Ludovic GOLLIARD, récupèrent un nombre incalculable de ballons au milieu du terrain. Au quart d’heure de jeu, David LEDY s’ouvre le chemin des filets mais est arrêté irrégulièrement. Le coup franc d’Anthony SICHI des 30 mètres est repoussé par le mur belfortain. Puis David LEDY et Nassir TAHIRI se frottent quelque peu, tous les ballons étant ardemment convoités. Trois minutes plus tard, premier corner tiré par Gaétan DARTEVELLE mais trop long. Le jeu se cantonne au milieu du terrain et les joueurs doivent s’appliquer au maximum pour le conserver. Le ballon fuse et de nombreuses passes mal ajustées atterrissent dans les pieds de l’adversaire.

 

A la 28′, belle échappée d’Anthony SICHI le long de son aile après un service de Jacques MOMHA. Anthony HACQUARD d’un tacle sévère l’arrête sans ménagement, carton jaune mérité à son encontre. Il aura donc fallu attendre près d’une demi-heure pour assister au premier tir de la partie.

A la 29′, première action confuse devant le but belfortain. Un long centre aérien est mal jugé par l’immense Stéphane VERON qui « se troue ». Ludo GOLLIARD ajuste une très belle tête et David LEDY pousse la balle derrière la ligne. L’arbitre de ST GALMIER refuse le but.pour apparemment une charge illicite sur le gardien. Version du principal intéressé à l’issue de la rencontre:  » Je ne sais toujours pas pourquoi l’arbitre a sifflé. Le gardien se déchire et arrive en retard. Je ne le touche pas » avoue Ludo. Comprenne qui pourra, après le but valable refusé à Sarre-Union et celui-ci, on ne peut pas dire que le Racing bénéficie des largesses des arbitres! Quelques secondes plus tard, corner pour les Bleus. Renvoi approximatif des arrières belfortains et Gauthier PINAUD reprend de volée des 20 mètres mais de peu à côté. Puis l’arbitre vexé par une remarque d’Anthony SICHI lui sort prestement un carton jaune.

Ce dernier quart d’heure est très animé et les actions dangereuses se multiplient. A la 34′, très belle action PERRIN – LEDY mais le centre de David est contré in extrémis d’où le corner. SICHI s’applique et le grand Billy MODESTE accouru loupe sa tête de très peu.

 

VERON peut souffler, le coup est passé de près. Deux minutes plus tard, toujours LEDY qui se démène comme un diable sur tout le front de l’attaque, déborde et centre sur PINAUD qui n’arrive pas à ajuster sa reprise. Puis c’est Mevludin CUSKIC, très dangereux quand il s’emparre du ballon, qui teste DUKI des 20 mètres. A cinq minutes de la pause, poussée de Rachid JABAL mais son essai est bien arrêté par DUKI. DONZELOT alerte PERRIN dans la surface mais mauvais contrôle de ce dernier et l’action avorte. On rentre dans le temps additionnel, une bizarrerie sur ce terrain, l’absence de ramasseurs de balle d’où ce temps supplémentaire. Dernier coup-franc de HACQUARD le long de la ligne de touche qui monte, monte et ……s’écrase sur la barre de DUKI. Ouf! Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur ce score vierge de 0-0.

Alors que la pluie redouble d’intensité, deux joueurs s’échauffent sur la pelouse, Benjamin GENGHINI et Robin BINDER. Qui vont-ils remplacer? Gauthier PINAUD, très bon contre Sedan mais malheureux ce soir, et Julien PERRIN, qui a du mal sur ce terrain détrempé.

Et très rapidement, on va se rendre compte que le coaching de François KELLER va s’avérer payant. Le jeu tout en mouvement et en profondeur va singulièrement compliqué la tache des défenseurs asémistes. Les deux rentrants vont exercer un pressing incessant, se lance dans des courses qui mettent au supplice les Belfortains. Leur entraîneur, Maurice GOLDMANN, le reconnaîtra à l’issue de la rencontre.

Très rapidement en jambes, les Strasbourgeois vont se montrer dangereux de suite. MOMHA récupère un bon ballon et arrivé à 30 mètres délivre un missile que VERON au prix d’une magnifique détente boxe au-dessus de sa transversale. Ce n’est que partie remise puisqu’à la 53′, SICHI centre parfaitement sur Thomas MARTIN qui d’un magnifique contrôle se met la balle sur son pied gauche.

 

 

Dans une position idéale, il fusille VERON qui ne peut intervenir. Thomas a beaucoup couru hier, ratissé bon nombre de ballons, était malheureux de ses déboires contre Yzeure. Ce garçon travailleur et réservé a cloué le bec à tous ces imbéciles qui l’ont sifflé l’autre jour à la sortie du terrain à la Meinau.

Le visage de cette partie est totalement différent après l’ouverture du score. Les Strasbourgeois maîtrisent parfaitement cette rencontre. Les deux rentrants se dépensent sans compter, couvrent un terrain énorme. 62′, double changement à Belfort, Julien FOURNET et Charif KETFI remplacent Jérémy GAAG et Rachid JABAL. 66′, VERON boxe la balle que Benjamin reprend de volée. Sa balle heurte malheureusement le dos d’un adversaire alors qu’elle prenait la bonne direction. Ensuite très belle action collective des Bleus qui se solde par une nouvelle frappe du gauche de Thomas que VERON capte bien en se couchant sur la balle. A la 69′, deuxième action litigieuse du match. Balle en profondeur pour LEDY qui rentre dans la surface, sortie ravageuse de VERON qui emporte tout sur son passage. Alors qu’un pénalty n’aurait pas été illogique, l’arbitre siffle remise en jeu pour le gardien. Curieux cette manière de voir les choses M l’arbitre mais bon….

 

Dernier changement à Belfort avec la sortie d’HACQUARD et la rentrée de Youssouf AHAMADI. Le dernier quart d’heure est enclenché et les hommes de François KELLER font preuve d’une solidarité exemplaire. A la 81′, faute de Maxim MOUREAUX, SICHI, un des meilleurs hier soir, pose son ballon. Sa frappe enveloppée ne peut être reprise par les Strasbourgeois montés en nombre et boxée des deux poings par VERON. A trois minutes de la fin, belle frappe dans la course de David mais toujours VERON sur la trajectoire. La dernière grosse occasion sera belfortaine, débordement de Bebeto Ketfi CHARIF qui donne en profondeur à CUSKIC. Le centre fuyant de celui-ci atterrit dans les pieds de Youssouf AHAMADI qui redresse et transmet à Sofiane HADJ SALEM qui trouve la transversale de DUKI.

 

L’arbitre, après quatre longues minutes de temps additionnel, siffle la fin de la partie sur ce score de 1-0 en faveur du Racing. Les joueurs tombent dans les bras des uns et des autres. Ce succès mérité leur permet d’entrevoir les quelques jours de repos avec sérénité.

Réactions d’après-match:

Maurice GOLDMAN, l’entraîneur de Belfort: « Il est tout seul l’autre, Thomas MARTIN, on fait une connerie, un point c’est tout. En 1ère mi-temps, je n’ai donné aucune consigne. Un entraîneur quand il perd, il ne donne pas de consigne. Il a été mauvais, point barre. On se crée une ou deux belles occasions mais on ne marque pas. L’autre, il est tout de même seul aux cinq mètres cinquante et il ne la met pas au fond. Ca pouvait faire match nul, pour moi, le résultat logique aurait été match nul. Eux, ils ont eu quinze minutes de temps fort et ils l’ont mise au fond. Un match pareil, ça se joue à des détails. Ils n’ont pas volé leur victoire, c’est vrai que pour une équipe qui avait l’air à la rue, je les ai trouvé hyper solidaires. Ils se sont arrachés, je ne m’attendais pas à ce qu’ils s’arrachent ainsi. Leur victoire n’est nullement illogique. » Et le coaching en début de seconde mi-temps? « Là, mon collègue strasbourgeois, il a fait un bon coup c’est du bon coaching. Ils ont marqué tout de suite. Les deux qui sont rentrés ont apporté beaucoup de vitesse et ils nous ont déstabilisé. On le savait, je les ai vu s’échauffer mais il était trop tard, on n’a pas su répondre ».

 

 

François KELLER, l’entraîneur du Racing: «  Les rentrées des deux joueurs en seconde mi-temps leur ont fait beaucoup de mal. Je sentais que c’était ce qu’il fallait faire car on a un groupe homogène. L’avantage c’est que tu peux changer tous les joueurs, l’inconvénient c’est que tu n’as forcément une équipe qui se dégage. Gauthier PINAUD, était très bien contre Sedan mais je me suis rapidement aperçu qu’il était dans un jour sans aujourd’hui, ça ne veut pas dire qu’il n’a pas de qualité. Quand tu disposes d’un tel groupe, il faut faire les changements rapidement. C’était peut-être risqué comme pari mais je suis content qu’il était payant. Ce groupe, je le connais par coeur. On a vu les supporters se rassembler devant le stade de la Meinau au moment de notre départ. Nous voulions dédicacer cette victoire à tous ces fidèles supporters qui nous suivent partout. Certains nous reprochent d’être passé au travers sur certaines rencontres du cycle aller, mais ce groupe a tout fait pour ne pas disparaître en juin 2012 définitivement. On va tout faire pour  que les supporters soient fiers de nous ».

Marc KELLER, le président du Racing:  » Pour tous les Alsaciens, nous avons une responsabilité importante, ramener au plus vite ce club dans le monde professionnel. Bonnes fêtes de Noël à tous ».

 

Robin BINDER: « Les consignes étaient claires, partir en profondeur, voyager sur tout le front de l’attaque. On a eu des occasions et surtout on a gagné. C’était le principal pour partir confiant avant ces quelques jours de repos. Deux mois qu’on n’avait plus gagné, cette victoire, on la savoure. »

 

Duki: « Heureux, ça se voit non. Je n’ai pas encaissé de but ce soir. On était remonté et on a tremblé jusqu’à la fin. Ce qui nous manquait le plus c’était une belle victoire comme celle obtenue ce soir. Vauve va bien, on le voit régulièrement. Mais cette victoire je tiens aussi à la dédier à Jérémy, qui est toujours là pour m’encourager, me soutenir dans les moments difficiles. Ce n’est pas facile pour lui, jamais je ne les remercierais assez lui et Albert. »

Benjamin GENGHINI: « Ce qui compte avant tout c’est le collectif. Bien sûr que j’avais envie de jouer, il fallait que je montre que j’avais vraiment envie de jouer et aussi que je le méritais. J’ai essayé d’apporter quelque chose à l’équipe pour partir en vacances tranquille, ça fait du bien. »

 

Thomas MARTIN: « Trois semaines que je ne jouais plus, j’avais faim. On avait à coeur de remporter cette victoire pour partir la tête sereine. On s’est mis le cul par terre pour l’arracher cette victoire. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9+

3 thoughts on “Un Racing sérieux glane une très belle victoire à Belfort, 1-0.

  1. Ce nouveau métier, j’aime bien. On forme une bonne équipe, on s’amuse bien. Nous sommes rentrés dans une zone de turbulence mais j’ai bon espoir pour la suite du championnat.
    Bien content que tu sois un lecteur fidèle de mes papiers. Au plaisir de te revoir un de ces jours à la Meinau, contre………les coriaces Moulinois peut-être…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.