Grosse déception à Nancy où le Racing tombe de haut

644461_426695887414867_1780675589_nLa très, très mauvaise affaire de cette journée c’est malheureusement au Racing qu’elle incombe. Les succès de Mulhouse, Lyon Duchère, Grenoble, Villefranche, Moulins, chanceux pour les uns voire immérités pour d’autres, nous plongent dans la noire réalité. Nos joueurs ne se sont guère révoltés après l’ouverture du score par la réserve nancéenne. Il aura fallu attendre le dernier quart d’heure pour assister à un sursaut d’orgueil des nôtres mais les carottes étaient cuites depuis un bon moment déjà.

La période d’inactivité forcée n’aura finalement guère arrangé nos joueurs. Dès le départ, on a vu des joueurs hésitants, très peu à l’aise, techniquement hors sujet. Aucune prise de risque dans le jeu, des passes latérales, à l’arrière, au gardien, à foison, ont agacé les nombreux supporters strasbourgeois venus en Lorraine par un temps neigeux et frisquet. Dommage que nos joueurs se soient réveillis si tard car en face les jeunes gaillards au physique impressionnant pour certains n’avaient rien de foudres de guerre. Que d’occasions gâchées en fin de rencontre par les blancs et rouges, alors que nos arrières étaient tous montés à l’attaque.

La première période insipide à souhait a vu deux équipes craintives, préférant assurer mais incapables de prendre le moindre risque. Dans ce stade où seul le clan strasbourgeois mettait de l’ambiance, le froid et la neige, rien mais alors rien pour nous réchauffer. On ne pouvait qu’espérer meilleur spectacle à la reprise.

La seconde mi-temps allait démarrer quand on vit un étrange manège. L’arbitre alla sur le bord de touche vers le délégué et il nous a fallu un bon quart d’heure pour comprendre ce qui se tramait: l’arbitre venait de se claquer. Le temps qu’un de ses assesseurs prenne sa place et surtout qu’on trouve un arbitre volontaire en……tribune pour officier à la touche, vingt bonnes minutes passèrent. Les joueurs restés sur le terrain continuaient à s’échauffer.

La partie reprit enfin et deux minutes à peine après cet incident, les Nancéens vont assommer joueurs et suiveurs strasbourgeois. Tobias BADILA, désertant sa base arrière, put pratiquement sans opposition centrer sur Nicolas STAERCK WEILLE, esseulé au point de pénalty. Il reprit de volée du droit et la balle alla se loger non sans avoir touché la base du poteau dans les filets de Guillaume GAUCLIN qui s’était détendu en vain. 515 minutes d’invincibilité qui prennent fin et premier but encaissé par Guillaume depuis son arrivée.

Tous ceux qui étaient dans les tribunes pensèrent que ce but allait réveiller nos Bleus. Hélas, trois fois hélas, il n’en fut rien. Le jeu toujours aussi soporifique continuait et les Lorrains essayèrent de se mettre à l’abri en marquant un second but. Mais quelle indigence aussi chez ces Lorrains. L’entrée en jeu de Julien PERRIN à la 52′ amena quelques éclaircies mais l’ensemble manqua de spontanéité, de vigueur.  » Par rapport aux ambitions, nous n’y sommes pas du tout. Dans le jeu, nous sommes loin du National  » déclara Gauthier PINAUD, une des rares satisfactions strasbourgeoises.

Les Bleus frôlèrent bien l’égalisation à la 88′. Un long centre de Gauthier PINAUD vers PERRIN au second poteau. Mais ce dernier, n’arriva pas à cadrer sa reprise. Puis dans le temps additionnel, alors que tous les Strasbourgeois étaient partis à l’abordage, un ultime centre de Saïdou SOW sur Billy MODESTE mais il ne réssirera pas à redresser son service.

Dommage, l’arbitre siffle la fin de la partie sur cette cruelle déconvenue, 1-0, du Racing. L’AS Nancy Lorraine reprend des couleurs après quatre échecs et un nul. Pour le Racing, cette quatrième défaite risque d’être lourde de conséquences: si Mulhouse l’emporte à Belfort, ce seront 9 points de retard à combler. Notre équipe nous doit rapidement une revanche. Samedi, Villefranche, un des gagnants de la soirée, doit laisser des plumes à la Meinau, sous peine de très sérieuses difficultés. « Il faut absolument que l’on rectifie le tir. Aujourd’hui, il y a eu trop d’approximations techniques pour envisager quoi que ce soit. On doit corriger cela au plus vite  » rajoute François KELLER, à la sortie des vestiaires.

 

Thomas ZERBINI tente de déborder son adversaire

Thomas ZERBINI tente de déborder son adversaire

Composition des équipes:

Nancy 2: Nardi – Diagne, Amadou, Lenglet, Badila – Tamèze (Bauchet, 69′), Sane, Staerck Weille – Busin, Bassilekin (Gigan, 90′), Abdou Coulibaly (Dreyer, 63′)

Racing Club Strasbourg Alsace: Gauclin – Pinaud, Modeste, Sikimic, Sabo – Abdoulaye Coulibaly (Perrin, 52′), Golliard, Benedick (Sow, 71′), Sichi, Zerbini (Benchenane, 75′) – Ledy

Avertissements:

Sane (27′) pour Nancy et Perrin (85′) pour le Racing

250 spectateurs

 

 

                     Clubs  Pts   J   G   N   P   Bp   Bc Diff
1.- FC Mulhouse  55  18  11    4   3   34   18 + 16
2.- AS Lyon Duchère  54  19  10    5   4   29   17 + 12
3.- Grenoble Foot 38  51  20    7  10   3   28   17 + 11
4.- Racing Club Strasbourg Alsace  50  19    8    7   4   22   15 +   7
5.- FC Villefranche Beaujolais  49  20    7    8   5   28   20 +   8
6.- AS Moulins Football 03 Auvergne  48  18    8    6   4   31   19 + 12
7.- Paris Saint Germain 2  48  20    7    7   6   29   29
8.- Jura Sud Foot  46  19    7    6   6   21   22 –    1
9.- Chasselay Monts d’Or Azergues  46  20    8    2 10   28   33 –    5
10.- FC Montceau Bourgogne  46  20    7    5   8   19   25 –    6
11.- US Raon l’Etape  44  17    7    6   4   23   18 +   5
12.- AS Yzeure  42  19    6    5   8   19   19
13.- UJA Maccabi Paris  42  20    4  10   6   12   15 –    3
14.- AS Nancy Lorraine 2  42  20    5    7   8   22   28 –    6
15.- ASM Belfort  37  17    5    5   7   19   18 +   1
16.- AJ Auxerre 2  35  20    2    9   9   12   29 – 17
17.- FC Sochaux Montbéliard 2  33  18    3    6   9   13   21 –   8
18.- US Sarre-Union  31  18    3    4 11     8   34 – 26

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.