La cigogne alsacienne dompte le lion sochalien,1-0, et se qualifie pour les 32es de finale de la Coupe de France

Ce match du 8ème tour de la Coupe de France était attendu avec beaucoup d’impatience d’un côté comme de l’autre. Bien des commentaires l’ont alimenté quand fut connu l’horaire de cette rencontre. La télé a toujours le dernier mot dans ces cas-là et elle fait fi des remarques des supporters désireux de se rendre au stade. A-t-elle un seul instant songé que nous étions en pleine période hivernale dans une région où il n’est pas rare de voir tomber la neige à cette époque. Le jour où l’on songera un tout petit peu au confort des gens se rendant au stade, ce sera déjà bien.

Le Racing, début novembre, s’en est allé battre le Red Star invaincu à domicile depuis le 4 octobre 2013. A l’issue d’un match où les Strasbourgeois avaient affiché une bien belle solidarité, il venait à bout d’une équipe occupant la place de leader et qui concédait le 4ème revers de la saison. Le prochain déplacement l’amenait à Istres qui avait un besoin urgent de points (sur son terrain, une seule rencontre gagnée, cinq nuls et une défaite, avant que les Strasbourgeois ne débarquent) et là aussi, un véritable test pour les Alsaciens. A l’issue d’un match acharné, le RCSA repartait avec les trois points de la victoire.

Au moment de fouler la pelouse de Bonal, un nouveau gros défi attendait les Alsaciens. 11+1, championnat et coupe confondus, une très belle série d’invincibilité que les Sochaliens ne voulaient en aucun cas voir se terminer. En plus, les Doubistes n’avaient jamais été éliminés au stade des 32èmes de finale. Seul un grand Racing pouvait se sortir d’un tel guêpier et nombreux étaient ceux qui voulaient voir cette confrontation contre une équipe sochalienne, bien classée en Ligue 2.

dimitri-lienard-n-a-pas-menage-sa-peine-sur-le-front-de-l-attaque-strasbourgeoise-photo-dna-cedric-joubert

Les faits marquants de cette rencontre

Le RCSA se présente dans la même composition qu’à Istres il y a quelques jours. Si le résultat devait être le même, nous signerons de suite. Côté sochalien, le gardien Yohann PELE est forfait, Papa CAMARA prendra place dans les buts.

La température approche les 0° et il ne serait pas étonnant que la neige s’invite aux débats. Les supporters strasbourgeois, environ 800, sont malgré tout venus en nombre. L’arbitre, Didier FALCONE, libère les deux équipes.

6′: les Sochaliens ne veulent pas s’en laisser compter et le lob de Jean-Pascal MIGNOT passe au-dessus de la transversale

9′: le RCSA ouvre la marque sur pratiquement sa première occasion. LIENARD, l’enfant du pays et de Cravanche, provoque un corner qu’il s’empresse de tirer lui-même. Abdallah N’DOUR, à la réception, reprend du pied droit et la balle s’en va mourir au fond des filets de Papa CAMARA. Cette ouverture rapide du score est la meilleure des choses qui pouvait arriver aux Alsaciens. FC Sochaux Montbéliard – RC Strasbourg Alsace: 0-1

grace-a-un-but-d-abdallah-n-dour-en-debut-de-match-le-racing-s-est-offert-une-savoureuse-qualification-pour-les-32-es-de-finale-de-la-coupe-de-france-hie

17′: belle réaction sochalienne, Houssine KHARJA sollicite son compère Karl TOKO-EKAMBI mais la sortie rapide d’OUKIDJA le déstabilise et sa balle piquée passe au-dessus

21′: les Sochaliens restent pressants à l’image de cette reprise, à l’entrée de la surface, de Famara DIEDHIOU. OUKIDJA dévie en corner qui ne donnera rien

34′: premier avertissement pour le Sochalien Jean-Pascal MIGNOT

34′: Oh la belle opportunité d’Abdelhak BELAHMEUR. Sur un excellent centre de DONZELOT, la tête précipitée et molle de BELAHMEUR, seul aux six mètres, est captée par le gardien CAMARA. Souhaitons que toutes ces occasions gâchées, les Strasbourgeois n’aient pas à le regretter par la suite.

37′: le jeu est alerte et rapide et les occasions se succèdent de part et d’autre. Le Doubiste Houssine KHARJA , bien servi par TOKO-EKAMBI, teste OUKIDJA mais le portier alsacien se signale en repoussant des deux poings

45′: quelle frappe limpide de trente mètres d’Alassane N’DIAYE mais le longiligne CAMARA claque le missile sous la transversale

45+2′: l’arbitre met fin à cette première mi-temps et les Strasbourgeois rentrent aux vestiaires avec cet avantage mérité d’1-0.

50′: le froid devient de plus en plus piquant et la reprise est quelque peu difficile. Les 5 855 spectateurs sont de plus en plus frigorifiés mais le kop strasbourgeois est lui bouillant et ne relâche en rien son soutien par ses chants

59′: carton jaune très très sévère pour Pacho DONZELOT

64′: premier changement côté Racing, BAHOKEN rentre à la place de BELAHMEUR

69′: nouvelle opportunité alsacienne avec cette tête de N’DIAYE sur un bon service de l’arrière buteur N’DOUR. N’DIAYE devance la sortie de CAMARA mais sa reprise meurt peu à côté du but du gardien sochalien

71′: on prend les mêmes mais une fois de plus la tête de N’DIAYE manque encore sa cible

73′: remplacement à Sochaux de Joseph LOPY par Florin BERENGUER

74′: encore une belle action strasbourgeoise. Jean-Philippe SABO se bat pour récupérer le ballon et alerte dans la profondeur BAHOKEN. Celui s’avance et adresse une véritable frappe de mule qui frôle le poteau droit de CAMARA. En marquant sur ce coup-là, c’était pas loin le but de l’année

75′: Edouard BUTIN remplace Famara DIEDHIOU chez les Sochaliens

80′: belle frappe de Thomas GUERBERT mais non cadrée

85′: la tête de BUTIN tombe de peu derrière la transversale

89′: encore un bel essai de N’DIAYE mais pas de but

90′: carton jaune pour LIENARD

90+ 3′: très très méchante sortie de CAMARA qui fauche en plein vol Jean-Philippe SABO. Cette action qui nous en rappelle une autre méritait sans conteste le carton rouge

90+5′: enfin le coup de sifflet libérateur de l’arbitre. Strasbourg remporte la victoire, 1-0, et se qualifie pour les 32èmes de finale. Un nouveau déplacement, le dimanche 4 janvier à 15 heures, au Stade de l’Abbé Deschamps à AUXERRE les attend

le-racing-retrouve-les-32-es-de-finale-de-la-coupe-de-france-pour-le-plus-grand-plaisir-des-supporteurs-alsaciens-encore-nombreux-lundi-soir-a-sochaux-ph

Les commentaires d’après-match:

Jacky DUGUEPEROUX:  » Cette victoire n’est pas volée. On s’est mis au niveau de l’équipe d’en face. Honnêtement, pour avoir vu jouer cette équipe de Sochaux face au Havre, je pensais qu’on allait beaucoup plus souffrir. On a réussi vingt premières minutes très bonnes. Ensuite, Sochaux a poussé, mais il y a eu quelques mauvaises relances. Je ne connaissais pas le tirage. Auxerre cela rappelle des souvenirs. C’était mon dernier match en tant que joueur, cela a aussi été mon dernier match comme entraîneur.

On récupère mieux après une victoire, mais on sera au boulot dès ce mardi matin. Après je suis content de voir que les joueurs commencent à comprendre que pour sortir de National, il faudra tout le temps jouer à ce niveau  »

Olivier ECHOUAFNI, entraîneur de Sochaux:  » On a couru après le score. On est forcément déçu par l’élimination. On a été assez intéressant dans le jeu, mais on n’a pas été assez incisif dans les vingt ou trente dernières minutes. Le Racing a fait le match qu’il fallait. Après, on a dû prendre des risques, comme c’est le cas en Coupe. Et quand ça ne veut pas entrer, il y a une jambe ou un gardien qui fait l’arrêt qu’il faut. On est tombé face à un mur, avec des joueurs qui aiment le duel. Il y avait du répondant. Je n’ai pas été surpris par la constance de l’adversaire, regroupé et compact. Le Racing a su être efficace et utiliser les espaces en contre-attaque  »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.