Un RACING des mauvais jours se qualifie péniblement en Coupe de France contre le RHW96, 1-0

N'Diaye (RHW 96) entre North et Tuiloma

N’Diaye (RHW 96) entre North et Tuiloma

Devant près de 1 500 spectateurs, par un temps ensoleillé, les deux Racing, celui de l’entente Holtzwihr Wickerschwihr et de Strasbourg se sont affrontés pour ce 5ème tour de Coupe de France. Les Haut-Rhinois, modestes pensionnaires d’Excellence, allaient se mesurer à l’actuel 3ème du National. Autant dire que peu de personnes présentes donnaient cher de la peau du « petit ».

Le RACING se présentait dans une composition un peu inédite vu les blessés et suspendus. Jacky Duguépéroux faisait confiance à l’équipe: Blondel – Keller, Seka, Salmier, North – Kanté, Tuiloma – Bahoken, Belahmeur, Pouye – Douniama.

Dès le coup d’envoi, l’équipe bas-rhinoise parut empruntée. Beaucoup d’approximations techniques, des joueurs tétanisés à l’approche du but, de rares frappes mais si peu appuyées que le gardien de l’entente haut-rhinoise, Greiling, cueillait sans aucun mal. Cette première mi-temps se termina sur cette note plutôt tristounette, les supporters devaient se contenter du beau soleil automnal.

Une seconde mi-temps plus emballante, c’est tout le mal que les spectateurs présents, souhaitait. A noter, une première frappe strasbourgeoise, à ….la 51′, de Douniama qui fut bien détournée par Greiling. Les amateurs se rebiffèrent mais leurs mouvements n’iront pas jusqu’à Blondel qui passait une après-midi des plus tranquilles. Tuiloma et Steven Keller, parmi les plus entreprenants, tenteront de secouer le cocotier. En vain. Il fallut attendre les arrêts de jeu pour voir enfin  Greiling mis à contribution. D’abord par Pouye puis par Douniama qui manquera l’inmanquable de la tête, envoyant le ballon à côté de la cage, lui qui ne demandait qu’à rentrer dans le but grand ouvert. Ce qui au départ semblait une hypothèse folle se produisit, nous avions droit à des prolongations.

Les amateurs, qui s’étaient battus de toutes leurs forces, avaient de plus en plus de mal à résister physiquement. Plusieurs étaient la proie de douloureuses crampes. Il fallut attendre la 105′ pour voir Blayac délivré les siens. La reprise de Pouye, mal maîtrisée par Greiling, revint sur la tête de l’avant-centre strasbourgeois, qui ne se fit pas prier pour l’envoyer dans les filets haut-rhinois. Une dernière frappe, à la 120′, de Madak, fit trembler les joueurs de National, mais le score en restera là. Les Strasbourgeois, quittaient la pelouse, têtes basses, alors que les amateurs étaient fêtés comme s’ils l’avaient emporté.

12068718_900133163405177_2725355911983669390_o

 » On s’est mis dans la merde tout seul. Le collectif dans son ensemble a manqué d’envie. Si j’avais pu changer les dix joueurs de champ à la pause, je n’aurais pas hésité. La moindre des choses, c’est quand même de respecter l’adversaire. En première période, on ne l’a pas fait. Et on a donné confiance à l’équipe d’en face… » déplore Jacky Duguépéroux

 » Le résultat est très flatteur pour nous. J’ai vu certains de mes joueurs avec les larmes aux yeux. Ils ont tout donné, jusqu’à leur dernière goutte d’énergie… » dira Julien Michon, l’entraîneur haut-rhinois

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.